Publicité
De l'accouchement à l'allaitement ... à savoir et idées reçues

Le travail, ce moment où tout s’accélère

Savoir reconnu les contractions de travail est essentiel. Vous ressentirez pas mal de contractions durant votre 9ème mois, mais celles du travail sont différentes : elles sont plus douloureuses. Elles s’expriment un peu comme des crampes dans le bas du ventre et/ou du dos ; accompagnées d’un durcissement du ventre. La respiration peut être coupée, mais c’est justement là qu’il faut respirer, car apporter de l’oxygène à ses muscles permet de limiter la douleur, tout en favorisant le processus de poussée, et en aidant à la « détente ».
Il est important de ne pas paniquer : les contractions peuvent être douloureuses, mais en faisant au mieux pour rester concentrée et respirer calmement elles seront beaucoup plus faciles à gérer. N’oubliez pas : des milliards de femmes l’ont fait avant vous … pourquoi pas vous ?
Durant le travail, s’asseoir sur un ballon de gym, les bras appuyés sur le dossier d’une chaise peuvent aider. Des petits massages de votre conjoint peuvent permettre de limiter la douleur… ou pas ! Certaines préfèreront gérer toute cela seule et ne supporteront pas qu’on les touche… À vous de voir ce qui vous permet d’être la plus à l’aise. Le principal était que ce que vous faites-vous convenez.
Choisissez la position qui vous convient, respirez, détendez-vous autant que possible, et n’hésitez pas à demander si quelque chose vous soulage.
Pas la peine de vous précipiter à la clinique si vous avez des contractions espacées d’une demi-heure… Préparez-vous psychologiquement et physiquement, et acceptez l’idée que le grand moment approche : vous allez bientôt être maman !
Certaines femmes vivront un accouchement rapide, d’autres un peu moins. Certaines perdront les eaux (écoulement translucide et chaud) de manière plus ou moins abondante, d’autres auront simplement une soudaine envie de pousser… Écoutez votre corps, c’est l’essentiel !

 

Césarienne, oui mais pourquoi ?

La césarienne est aujourd’hui beaucoup trop pratiquée pour que cela soit normal. Elle est censée être pratiquée en cas de situation risquée ou dangereuse pour le bébé ou pour la maman. Elle n’est absolument pas un recours de facilité face à la peur d’accoucher par voie basse.

L’accouchement voie basse est ce qu’il y a de plus physiologique et de meilleur pour le bébé comme pour la maman.

On se remet beaucoup plus rapidement d’un accouchement voie basse, même en ayant subi une épisiotomie (incision du périnée pour agrandir l’espace de sortie du bébé). L’allaitement est plus difficile à mettre en place après une césarienne, la montée de lait peut mettre plus de temps à se faire, et les positions d’allaitements sont dures à appliquer. Ce qui peut parfois compromettre l’allaitement.

La césarienne permet, certes de ne rien sentir au moment de l’accouchement en lui-même, mais il fait beaucoup plus souffrir après coup. Pourtant, au moment de l’accouchement et du travail pré-accouchement, la mère doit apprendre à respirer et se mettre dans une bulle pour rester concentrer sur ses sensations et la descente du bébé pour l’accompagner au mieux. Le fait d’être aussi concentrée permet de limiter les douleurs et ainsi de moins ressentir ce dont beaucoup de femmes ont peur…

 

L’allaitement, pas si facile pour toutes !


L’allaitement est souvent traité comme un sujet tabou. Cela semble tellement naturel et facile, mais pourtant trop de femmes ont vécu des difficultés à allaiter leur bébé. Il est donc là aussi essentiel de se renseigner au maximum là-dessus.
La première mise au sein est primordiale et doit être faite au plus vite après l’accouchement. Pour certaines, des difficultés peuvent se poser : mamelons plats, douleurs … Dans ces cas il est essentiel de se faire aider par une spécialiste dès le début afin de ne pas installer de mauvaises habitudes qui pourraient mettre en péril l’allaitement.
Contrairement aux idées reçues : NON, allaiter ne fait pas mal. Si douleur il y a, c’est qu’il un souci et qu’il faut le régler rapidement. Il n’est pas normal d’avoir des crevasses, là encore il est important de revoir la position l’allaitement si elles commencent à apparaître. Il existe plusieurs positions pour allaiter. À vous de trouver celle qui vous permet d’être la plus à l’aise.


À savoir : donner un où des biberons tôt après la naissance peut favoriser une confusion saine-tétine. Il est donc préférable d’attendre que l’allaitement soit bien installé avant d’introduire un biberon…
Au début le bébé va réclamer à manger toutes les 2 h, s’armer de patience et de confiance est donc essentiel.

Tous ces éléments sont largement abordés pendant les cours de préparation à l’accouchement. N’hésitez pas à en prévoir quelques-uns en fin de grossesse, ils sont particulièrement utiles pour appréhender au mieux la grande expérience qui vous attend !

Article rédigé par:

Partager sur:

Articles similaires

Commentaires

Abonnez-vous !

Arrondissez vos fins de mois en devenant rédactrice du site.

100% gratuit - 100% gagnant

Je m'inscris

Article du mois

Nous suivre sur facebook