Publicité
Dix questions sur les fibromes

Les fibromes peuvent-ils être un obstacle à la grossesse ? Doivent-ils toujours être enlevés avant la conception ? Et s'ils sont découverts alors qu'une grossesse est déjà en cours ? Voici les réponses de notre gynécologue.

 

Que sont les fibromes ?

Les fibromes sont une pathologie tumorale bénigne du tissu musculaire de l'utérus, le myomètre. Ils peuvent être individuels ou multiples, de tailles variables, allant de quelques millimètres à plus de 15 centimètres. Les fibromes apparaissent généralement à l'âge fertile (ils sont détectés plus fréquemment chez les femmes de plus de 35 ans) et ont tendance à diminuer avec la ménopause, lorsque la production d'hormones sexuelles par les ovaires se termine.

 

Pourquoi les fibromes apparaissent-ils ?

Les causes ne sont pas encore très claires, c'est pourquoi il n'est pas possible d'indiquer des normes de prévention. L'hypothèse la plus probable est que certaines cellules du myomètre répondent plus que d'autres à la stimulation hormonale normale des œstrogènes. Généralement, sont des nodules de type bénin qui, dans de très rares cas, environ 1 pour 10.000, peuvent avoir une dégénérescence maligne.

 

De quel type les fibromes peuvent-ils être ?

Trois types de fibromes peuvent être distingués : les fibromes sous-séreux qui se développent sur la paroi extérieure de l'utérus, en dehors de la cavité utérine ; les fibromes intramuraux qui se développent dans l'épaisseur de la structure musculaire ; et les fibromes sous-muqueuses qui se développent à l'intérieur de la cavité utérine, où l'embryon se développe.

 

Quels sont les symptômes qui permettent de savoir qu’on a des fibromes ?

Dans 50% des cas, les fibromes sont asymptomatiques, en particulier les fibromes sous-séreux. Dans d'autres cas, les fibromes peuvent provoquer des cycles longs et abondants (ménorragies), des pertes plus ou moins abondantes entre les menstruations (métrorragie) et des douleurs menstruelles (dysménorrhée). S’ils sont très volumineux, les fibromes peuvent provoquer un syndrome de compression : les fibromes de la partie antérieure, par exemple, peuvent comprimer la vessie, provoquant de fréquentes envies d'uriner ou entravant l’évacuation normale de la vessie. Cela entraîne une accumulation de liquide et peut engendrer un risque de cystite. D'autre part, les fibromes qui se trouvent dans la zone postérieure peuvent comprimer le rectum, ce qui peut entraîner des difficultés pour évacuer.

 

Comment les fibromes sont-ils diagnostiqués ?

Le diagnostic se fait par échographie, abdominale ou, mieux encore, par échographie endovaginale (qui permet de déceler même les fibromes de quelques millimètres). Les plus grands et les fibromes sous-séreux sont également détectables avec un contrôle gynécologique.

 

Comment faut-il agir si on découvre un fibrome avant la conception ?

S’il ne génère pas d'inconfort et qu’il est petit, il faut vérifier à quelle vitesse le fibrome grossit. Il existe des fibromes qui restent petits toute la vie et pour lesquels il n'y a rien de particulier à faire, et d'autres fibromes qui se développent rapidement. Dans le second cas, si la femme ne veut pas d'une grossesse immédiate, un traitement peut être administré avec des pilules contraceptives. En effet, en diminuant la quantité d'œstrogène, la croissance du fibrome est ralentie, ainsi que les pertes sanguines. En revanche, si la femme veut un enfant et, surtout si le fibrome implique une gêne (douleur ou hémorragie) ou qu’il est très gros (plus de 5-6 cm de diamètre), il est préférable de l'enlever. L'ablation est nécessaire, surtout si les fibromes sont près d'une trompe, car ils peuvent la comprimer jusqu’à la boucher, empêchant ainsi la conception. SI les fibromes sont sous-muqueux, ils peuvent augmenter le risque de fausse couche et de saignement. Une raison de plus pour faire un contrôle gynécologique avant de vouloir concevoir.

 

Comment enlever un fibrome ?

Cela dépend de la position des fibromes, de leur nombre et de leur taille. Les fibromes sous-muqueux peuvent être enlevés par hystéroscopie : on insère une sonde optique équipée d'un fil métallique avec un courant électrique dans l'utérus à travers le vagin, permettant de sectionner le fibrome. Les fibromes intramuraux ou sous-séreux peuvent être enlevés par laparoscopie, qui prévoit de petites incisions abdominales grâce auxquelles le fibrome est sectionné et retiré.

Cependant, si les fibromes sont très gros ou qu'il y en a plus de trois, on préconise l'incision classique dans l'abdomen (laparotomie). Il existe également une technique récente et non invasive, que l’on n’utilise pour le moment que dans quelques hôpitaux, appelée la thermoablation par radiofréquence. À l’aide d’un appareil similaire à celui utilisé pour les échographies, le fibrome se nécrose sous l’effet de la chaleur et il a alors tendance à être absorbé.

 

Que faire si on découvre plusieurs fibromes et que vous êtes déjà enceinte ?

Il n'y a rien à faire. Les fibromes ont tendance à croître avec l'augmentation du volume de l'utérus (surtout au cours du premier trimestre), mais ne causent généralement pas de gêne. Dans certains cas, ils peuvent causer des douleurs abdominales ou provoquer une plus grande contractilité utérine, qui peut être contrôlée par des médicaments antispasmodiques ou tocolytiques (qui réduisent les contractions). Les fibromes sous-séreux, qui grossissent vers l'extérieur, peuvent comprimer l'estomac, la vésicule biliaire ou l'intestin, pouvant causer des problèmes de digestion, mais n’interférent cependant pas avec le bon déroulement de la grossesse.

 

Les fibromes peuvent-ils être un obstacle à la naissance par voie naturelle ?

Dans la plupart des cas, les fibromes ne sont pas un obstacle à la naissance par voie naturelle. Une césarienne peut être nécessaire si le fibrome est particulièrement volumineux et s’il est positionné dans la partie inférieure de l'utérus, puisqu’il pourrait entraver la dilatation du col et la sortie du bébé. Une césarienne peut également être nécessaire s'il s'agit d'un fibrome intramural de grande taille car, étant situé dans le tissu musculaire, il pourrait altérer les contractions et prolonger les temps de dilatation utérine. Dans tous les cas, la situation est toujours évaluée pendant l’accouchement.

 

Est-il possible d’enlever un fibrome pendant l’accouchement ?

Enlever un fibrome pendant l’accouchementest absolument déconseillé. Qu’ils soient gros ou petits, les fibromes ne sont jamais enlevés lors d’une césarienne. D'une part parce que l'utérus est très vascularisé et que l'ablation pourrait causer des saignements abondants incontrôlables et, d'autre part, parce qu’après l'accouchement les fibromes ont tendance à se réduire spontanément.

 

Et s'il y a un polype ?

Le polype est une formation bénigne de l'endomètre, la muqueuse qui tapisse la cavité utérine dans laquelle a lieu la nidation de l'embryon. Le polype peut avoir des dimensions variables, de quelques millimètres à quelques centimètres. Sa présence provoque des saignements entre les menstruations, ainsi que des douleurs légères dans le bas-ventre. Il est très facile de diagnostiquer un polype avant la grossesse. L'idéal serait d'enlever le polype avant de concevoir, avec une petite intervention par hystéroscopie, car les plus gros polypes pourraient gêner la conception et provoquer une dégénérescence néoplasique. Si une grossesse est déjà en cours, il n'est pas nécessaire d’agir : la taille du polype ne change pas pendant les neuf mois de grossesse et, à moins qu'il soit très gros, cela n'interfère pas dans l'avancée de la grossesse.

 

source : bebesetmamans.com

Article rédigé par:

Partager sur:

Articles similaires

Commentaires

Abonnez-vous !

Arrondissez vos fins de mois en devenant rédactrice du site.

100% gratuit - 100% gagnant

Je m'inscris

Article du mois

Nous suivre sur facebook