Publicité

Vivre sa grossesse sereinement

Afficher tous les articles
La fausse couche

Lors de la grossesse, des risques susceptibles de toucher la santé de la femme et de son bébé se multiplient.

Les fausses couches sont très fréquentes et concernent environ 20% des grossesses annuellement. Elles peuvent être définies comme des avortements spontanés, suite à une anomalie génétique ou une difficulté d’implantation rencontrée par l’embryon. Elles peuvent avoir lieu pendant les deux premiers trimestres, mais surtout lors des deux premiers mois.

La fausse couche n’est pas forcément génétique, ni souvent provoquée par le stress et la fatigue. Car, il existe bien d’autres raisons pouvant l’engendrer parmi lesquelles l’effort physique extrême, en faisant des travaux ou en pratiquant de sports violents, ou encore la consommation d’alcool, de tabac, de drogue, de certains médicaments, ou beaucoup de caféine.

Mais pour agir contre ce facteur de risque, il est recommandé d’avoir un mode de vie, un état mental, émotionnel et physique stable.

la fausse couche peut être provoquée lors de la grossesse d’une femme ayant dépassé les 40 ans, car les possibilités de malformation génétique de l’embryon s’élèvent .

Il est important de souligner que les fausses couches peuvent être accidentelles ou uniques, ou bien spontanées et successives. De ce fait elles peuvent avoir diverses causes :

–       Les premières grossesses : lors desquelles les fausses couches sont les plus courantes.

–       Les accidents génétiques : représentées par des anomalies génétiques du fœtus, qui sera rejeté par le corps de la femme.

–       L‘anomalie de l’utérus : la malformation de l’utérus ou du col est l’une des raisons provoquant les fausses couches, sinon, sous la pression de l’utérus, le col s’ouvre et favorise le glissement du fœtus.

D’autres causes moins fréquentes peuvent engendrer la fausse couche comme la qualité du sperme, la déficience hormonale, ou des infections.

Les signes de la fausse couche diffèrent selon l’âge de la maman, ils se manifestent par des saignements, des douleurs accompagnées de crampes de vomissements et de diarrhées, ou la disparition des signes de la grossesse.

Après une fausse couche, la mère peut se sentir frustrée et coupable d’avoir échoué, alors qu’elle doit considérer cela comme un évènement naturel du à une malformation.

Certes, il est possible de réduire les risques d’une fausse couche sans pour autant les éviter. L’idéal serait que la femme ait le sentiment de bien-être, prépare son corps et son esprit à une grossesse éventuel.

 

Article rédigé par:

Partager sur:

Articles similaires

Commentaires

Abonnez-vous !

Arrondissez vos fins de mois en devenant rédactrice du site.

100% gratuit - 100% gagnant

Je m'inscris

Article du mois

Nous suivre sur facebook