Publicité
Nouveau-nés : les conseils pour les protéger en été

Des vacances sous le signe de la chaleur et du soleil ? Quoi de mieux ! Mais attention, il est impératif de prendre toutes les précautions nécessaires pour que votre bébé n’en subisse pas les conséquences : protection solaire, anti-moustiques et bons gestes d'hydratation à apprendre, voilà quelques conseils pour faire le tour de la question et ne rien oublier !  

Protéger son bébé en vacances

Naître à la belle saison, c’est une vraie chance : le bébé peut se fortifier avant d’affronter l’hiver, ses parents sont plus disponibles, en congé maternité et vacances cumulées, leur moral est meilleur par beau temps. Mais chaleur, soleil, moustiques forment un cocktail qui impose quelques précautions ses trois premiers mois.

Les sorties, pas indispensables

Idéalement, un nouveau-né ne sort pas lorsqu’il fait plus de 26-27 °C. Il est bien chez lui, au calme, à faire connaissance avec son environnement et ses parents. Avant plusieurs semaines, il n’y a aucune nécessité pour lui à être dehors. En revanche, cela peut être nécessaire pour vous. Dans ce cas, il faut aménager les sorties au mieux : éviter les heures les plus chaudes de la journée (entre 10 et 16 heures), les jours de forte pollution, les rues embouteillées, les grands magasins et les endroits très fréquentés.

A la recherche de l’ombre

En landau ou en poussette, roulez capote fermée pour le protéger du soleil, mais vérifiez souvent la température intérieure car cela peut vite devenir une vraie fournaise. Privilégiez la position face à vous pour être en contact visuel et surveiller son état en permanence. Vous verrez aussi s’il a le soleil directement sur lui. Pensez à rouler sur le trottoir à l’ombre. En porte-bébé ou en écharpe, protégez-le du soleil (tête, bras, jambes, yeux) et sachez que le peau à peau peut lui donner très chaud. En voiture, vérifiez là encore que le soleil ne tape pas directement sur son siège-coque et qu’il ne reçoit pas l’air de la climatisation sur lui. Méfiez-vous des variations de température. Le nouveau-né craint les changements importants et soudains de température, sources de coup de froid ou de chaud, son corps ayant du mal à s’adapter rapidement au nouveau climat. Soyez donc particulièrement vigilants quand vous le sortez de la voiture climatisée pour aller dans la rue surchauffée. Et inversement. Ayez toujours un petit plaid dans le sac à langer. Dans l’idéal, un nouveau-né n’est pas exposé au soleil direct et ne va pas sur la plage ! Mais, dans la “vraie vie”, on veut parfois profiter des vacances si l’on a d’autres enfants en âge de faire des châteaux de sable. Dans ce cas, on s’accorde ce moment très peu de temps et seulement aux heures où le soleil n’est pas au zénith (avant 10 heures ou après 16 heures). Installez-le impérativement sous une tente anti-UV, spécial bébé, avec chapeau, lunettes et body couvrant. Et surtout, ne le croyez pas à l’abri des rayons sous un parasol, on y attrape des coups de soleil comme à ciel ouvert !

Vêtements légers et parades anti-moustiques

S’il fait très chaud, on peut être tenté de laisser son bébé uniquement en couche dans son lit. En fait, la sensation de nudité insécurise souvent le nourrisson et s’il transpire beaucoup en étant torse nu, il risque d’attraper un rhume dans la foulée. Préférez plutôt l’habiller avec un body léger de couleur claire ou une chemisette à manches longues, en coton ou, mieux, en bambou, naturellement antibactérien et très absorbant.
La solution la plus efficace consiste à installer une moustiquaire sur son lit ou son berceau. Il existe des modèles tout faits, dans le commerce. On peut aussi acheter un grand métrage que l’on adapte sur la poussette, le parc ou le lit, au gré des moments de la journée. Mais le bébé ne peut pas continuellement voir à travers un grillage ! Prévoyez donc aussi un body à manches et jambes longues, et mettez deux gouttes de citronnelle, répulsive, à proximité, et non sur sa peau ou ses vêtements. En revanche, les crèmes anti-moustiques à appliquer sur la peau sont trop fortes pour l’instant, car formulées pour la plupart pour des enfants à partir de 6 mois, très rarement dès 3 mois, et souvent après un an, voire
3 ans. De même, les pschitts et diffuseurs branchés sur les prises électriques, qui peuvent comporter des substances chimiques nocives ou irritantes pour ses voies respiratoires, sont déconseillés.

Faites boire Bébé souvent en été

Par grosses chaleurs, l’appétit du nourrisson peut être perturbé. Comme nous, il peut avoir moins faim mais, par précaution, surveillez sa courbe de poids. Si vous l’allaitez, donnez-lui le sein assez souvent, sans attendre qu’il réclame. En effet, il faut qu’il boive pour être bien hydraté et compenser les pertes en eau dues à la transpiration. Nourri au biberon, vous pouvez compléter les tétées en lui proposant un peu d’eau entre les repas.
A la maternité, de nombreux bébés ont l’habitude de prendre leur biberon à température ambiante. Le lait y est fourni stérilisé et déjà tout préparé en usine. Mais une fois de retour à la maison, celui qu’on achète se présente en poudre et les particules de lait se dissolvent mieux dans l’eau chaude que dans l’eau froide. Et se digèrent mieux ainsi, d’où moins de reflux et de coliques. Pour autant, s’il fait très chaud, et si le bébé le supporte, mieux vaut prévoir un biberon à température ambiante car une fois chauffé, il ne se conservera pas plus d’une demi-heure. Et au-delà, il y a un risque de prolifération microbienne. Préparé à température ambiante, vous le conserverez une heure (un peu moins en cas de canicule). Enfin, si la tétée dure plus de 30 minutes, on jette le liquide restant et l’on refait un nouveau biberon !

Le sommeil de Bébé un peu perturbé en été

Par temps lourd ou très chaud, le sommeil de l’enfant peut être perturbé. Il n’y a malheureusement pas de solution miracle. Si ce n’est l’installer dans la pièce la plus fraîche pour ses siestes durant la journée. Vous pouvez aussi brancher un ventilateur, à condition toutefois de ne pas le diriger directement sur lui. Petit bénéfice secondaire, le léger ronron du moteur peut l’aider à s’endormir. Ça se tente ! Éventuellement, placez un linge mouillé devant la pale pour humidifier l’atmosphère. Dans sa chambre, laissez les fenêtres et les volets fermés le jour, et aérez lorsqu’il fait enfin frais.
Autre point : le bébé qui a trop chaud bouge davantage, s’agite plus et s’énerve sans trouver le sommeil. D’où l’intérêt de le contenir dans un “emmaillotage” hyperléger et respirant qui canalise ses mouvements. Le fait de retrouver un peu la sensation d’être contenu qu’il avait in utero le rassure. Et plus il est libre de ses gestes, plus il peut faire des mouvements saccadés, spontanés, qui peuvent le surprendre et le réveiller. Optez pour une turbulette en mousseline spécial été ou un lange d’emmaillotage. Enfin, essayez de respecter ses phases de veille et de sommeil au mieux, en privilégiant le repos et les temps calmes. Evitez donc au maximum toute forme d’excitation et de surstimulation.

Bains rafraîchissants et réflexes spécial montagne

Durant ses premières semaines, le système de thermorégulation du nouveau-né n’est pas mature. Du coup, sa chaleur corporelle varie au gré de la température extérieure. En cas de canicule, soulagez-le en lui donnant des bains, même plusieurs fois par jour. Hydratez sa peau ensuite si l’eau de la ville est dure ou calcaire. Attention pourtant : certains bébés mettent un mois à un mois et demi pour apprécier le contact avec l’eau. Si c’est le cas, la température de l’eau doit être à 37 °C et pas plus froide sous prétexte qu’il a chaud ! Évitez de plonger votre bébé dans la piscine-pataugeoire du jardin. Non seulement, l’eau macère, les microbes s’y développent et cela attire les insectes, mais en plus, elle est beaucoup trop froide et agressive pour un enfant de moins de 6 mois. Comme celle de la piscine dont le chlore est déconseillé pour sa peau autant que pour ses bronches fragiles. Pendant la journée, utilisez régulièrement un brumisateur d’eau pour rafraîchir son visage et ses membres, à condition qu’il ait un débit très doux.
A la montagne et même par temps couvert, les rayons du soleil tapent fort en altitude, la luminosité et la réverbération étant importantes. Lors de ses premières sorties, équipez-le de lunettes solaires de qualité (même à l’ombre) et ne dépassez pas 1 000 à 1 500 mètres d’altitude. Bien sûr, cette précaution ne touche que les petits vacanciers, les natifs ayant forcément l’habitude de la pression atmosphérique ambiante dès leur naissance ! Vérifiez ses tympans avant de partir et faites-le déglutir en lui donnant à boire par paliers lorsque vous prenez de l’altitude. A noter que l’air de la montagne peut avoir un effet sur son comportement et perturber le rythme qui est en train de se mettre en place. Il peut être très fatigué ou très agité. Cela dépend des enfants.

source :parents.fr

Article rédigé par:

Partager sur:

Articles similaires

Commentaires

Abonnez-vous !

Arrondissez vos fins de mois en devenant rédactrice du site.

100% gratuit - 100% gagnant

Je m'inscris

Article du mois

Nous suivre sur facebook